l'art de la dispute

La dispute fait partie intégrante de la vie normale d'un couple. Pour celles et ceux qui ne se disputent pas en couple, vous trouverez un encart pour vous à la fin de l'article.

C'est un point délicat dans beaucoup de couples car les disputes mettent de l'huile sur le feu et augmentent l'éloignement des partenaires.

Ce qui pose souci n'est pas tant le fait de se disputer, que la manière de le faire.

Il y a des disputes qui vont construire le couple, aider à mieux se connaître, s'appréhender et avancer ensemble et d'autres qui détruisent les liens du couple.

Ce qui caractérise les disputes qui détruisent les liens du couple sont:

- les jugements portés sur l'autre : "tu ne fais pas ceci, tu fais cela..."

- l'attaque de l'identité de l'autre : "tu es..., tu n'es pas..."

 

Cela se manifeste par l'usage du "tu" qui tue ! ,

L'autre est ainsi enfermé dans une case. D'ailleurs, les mots "toujours" et "jamais" viennent renforcer cet enfermement de l'autre : "tu ne fais jamais..., tu fais toujours...".

 

Face à ces attaques, nous ne pouvons qu'être blessé, touché dans notre amour propre. Ce qui provoque soit la colère et le renvoi de la balle par un autre jugement en retour, soit le mutisme, une colère gardé en soi qui finit par se manifester autrement de toute façon.

 

Souvenez-vous de votre dernière dispute et repérez les points qui viennent d'être décrits. Quels sont les mots prononcés? Avez-vous été blessé? L'avez-vous ressenti?

 

Pour faire autrement, cela peut sembler facile sur le papier mais cela l'est moins dans la réalité. Même s'il suffit de changer peu de choses pour transformer totalement les disputes destructrices en outil de croissance du couple.

 

Tout d'abord, voici quelques principes importants :

 

  • L'essentiel est de passer du "tu" qui tue au "je" qui exprime ce qu'on ressent et nos besoins. C'est tout l'art de la CNV, Communication Non Violente et des messages en "je" de Thomas Gordon.
  • Nous avons à prendre en compte que nous avons chacun(e) notre propre vision du monde. Les mots sont souvent trompeurs. Comme nous réagissons chacun à partir de notre histoire, de ce qui nous constitue, un mot, une expression qui aura un sens pour l'un des partenaires aura une tout autre signification ou fera écho à un vécu particulier chez l'autre. Cela complique les choses. C'est une raison supplémentaire pour prendre le temps d'expliciter à l'autre son ressenti et développer sa pensée. Nous n'avons pas la même vision du monde que notre conjoint(e) et il est nécessaire d'appréhender le monde de l'autre pour le comprendre. Il est donc à la fois nécessaire d'être à l'écoute de l'autre tout en étant en capacité d'expliciter le sien. Ce qui suppose d'assez bien se connaître aussi.
  • L'attente que l'autre devine ce que nous pensons. C'est un réel fléau dans les relations. Nous ne pouvons pas avoir accès à ce que pense l'autre. Nous ne voyons que ce que l'autre manifeste par ses comportements. Mais ce qu'il fait ne doit être confondu avec ce qu'il est ou ce qu'il pense.  Le seul moyen est de nommer ses besoins, son ressenti, ses émotions pour se faire comprendre de l'autre. Et comme nous baignons dans une vision du monde forcément différente, du fait de nos histoires de vie différentes même si elles peuvent se rejoindre, nous sommes contraints de verbaliser ce qui se passe en nous pour que l'autre y est accès.

Parler en "je", exprimer son ressenti face à une parole donnée ou un fait et exprimer ses besoins. C'est tout un programme qui peut sembler simple mais qui vient buter à notre histoire, notre éducation, nos traumatismes, nos peurs, nos blessures...

Cela ne nous empêche pas d'y aller pas à pas, de s'approcher petit à petit un peu plus d'une relation authentique où nous nous dévoilons à l'autre en dévoilant notre ressenti, nos émotions et nos besoins.

 

Évidemment cela suppose que nous ayons accès et acceptions nos émotions, nos ressentis et nos besoins. Ce qui est loin d'être facile. C'est un travail de tous les jours et jamais achevé.

Cependant, pour arriver au sommet de la montagne, il est nécessaire de commencer la marche et de poser un pied devant l'autre. Un petit pas est déjà un pas qui nous rapproche du sommet.

 

Et pour les couples qui ne se disputent pas.

Si vous faites partis des personnes qui ne se disputent pas en couple, je vous invite à vous demander pourquoi.

Est-ce que vous fuyez les disputes à cause de votre histoire personnelle?

Est-ce pour protéger l'autre ou vous-mêmes? Derrière cette question, c'est la question d'une peur éventuelle, peur de la rupture du lien par exemple,...

Quand quelque chose ne vous plaît pas chez votre partenaire, que se passe-t-il en vous? Quels ressentis, émotions émergent à ce moment-là? Si rien n'émerge, essayez d'y être plus attentif(ve) la prochaine fois.

 

Il n'y a pas de couple idéal. Nous avons forcément des différences, même si vous avez beaucoup de points communs (les points communs peuvent d'ailleurs être source de disputes). Et ces différences viennent forcément déstabiliser même si elles sont aussi sources d'enrichissement.

 

A chacune et chacun de prendre dans cet article ce qui résonne et peut stimuler de nouvelles ressources en vous.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0